• L'innovation africaine au CES de Las Vegas

    Plus grand salon international dédié aux innovations électroniques, la 52e édition du Consumer Electrics Show (CES) s'est déroulée en janvier dernier à Las Vegas avec, pour la première fois, la participation de six startups africaines. Elles étaient réunies par l'organisation Africa Tech Now qui souhaite, comme indiqué sur son site internet, « mettre en valeur l'écosystème high-tech africain » et « positionner le continent africain en tant que nouveau hub de l'innovation digitale ». Paiement mobile, réseau social 100 % vocal afin de pallier au problème du nombre important d'analphabètes ou encore énergie solaire, les six startups africaines ont présenté, pendant une semaine, leurs innovations pour accompagner la transformation digitale et l'essor économique de l'Afrique.

  • 4e édition du concours de la Fondation Tony Elumelu

    La Fondation Tony Elumelu (TEF) a lancé en début d'année la 4e édition de son concours qui soutient l'entrepreneuriat africain. L'organisme philanthropique, créé par l'homme d'affaires nigérian Tony O. Elumelu, va engager 10 millions de dollars dans la formation, l'encadrement et le financement de 10 000 entrepreneurs africains à l'horizon 2024. Pour l'édition 2018, 1 000 entrepreneurs seront sélectionnés. « Nous croyons que le secteur privé détient la clé de la libération du potentiel économique de l'Afrique », a indiqué le DG adjoint d'UBA-Gabon, Étienne Ramba, qui a en janvier dernier tenu une séance d'information sur le concours à Libreville. Pour participer, l'entreprise doit être basée en Afrique, être à but lucratif et avoir entre 0 et 3 ans d'existence. Les candidats doivent avoir au moins 18 ans et être résidents légaux ou citoyens d'un pays africain. Un formulaire est disponible en ligne sur application.tonyelumelufoundation.org. La date limite d'envoi des dossiers est fixée au 1er mars 2018.

  • Top 10 des meilleurs pays africains pour faire des affaires en 2018

    Le magazine américain Forbes a publié en décembre son classement « Best countries for business 2018 ». Cette liste des meilleurs pays pour faire des affaires a été réalisée en évaluant 153 nations sur 15 facteurs, notamment les droits de propriété, les innovations, les taxes, la technologie, la corruption, la liberté (personnelle, commerciale et monétaire) ou encore la bureaucratie. Les 10 premiers pays africains du classement à l'échelle mondiale sont : 1 - Maurice (41e) 2 - Afrique du Sud (48e) 3 - Botswana (76e) 4 - Rwanda (79e) 5 - Seychelles (82e) 6 - Ghana (85e) 7 - Namibie (86e) 8 - Sénégal (89e) 9 - Cap-Vert (90e) 10 - Kenya (91e) Le premier pays de la CEEAC classé par Forbes est l'Angola. Il se trouve à la 26e place en Afrique et la 129e à l'échelle mondiale.)

  • Samsung mise sur le marché africain

    Le géant coréen Samsung prévoit de doubler la contribution annuelle de ses marchés africains, pour la mettre à 20 % de son chiffre d'affaires global d'ici les cinq prochaines années. « Nous pensons que l'Afrique est extrêmement importante pour l'avenir », a précisé Sung Yoon, patron de Samsung Africa, lors d'une conférence de presse à Nairobi en janvier dernier. Le constructeur électronique veut profiter de l'engouement croissant des utilisateurs africains pour les smartphones et les téléviseurs à grand écran. Ce marché intéresse également ses concurrents chinois, comme Huawei et Tecno. Ils restent moins chers, mais le patron de Samsung Africa estime ne pas pouvoir « sacrifier la qualité ».