Eclairage éco

Émirats arabes unis : un partenaire de choix pour l’Afrique !

Les Émirats arabes unis (EAU) s’affirment de plus en plus comme un acteur incontournable pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MOAN).

Par Oumar Baldé - © AFP - Ludovic Marin

La diplomatie émiratie s’est révélée, ces dernières années, discrète mais efficace ! Les EAU sont aujourd’hui un acteur incontournable dans la région MOAN. À la manette, Mohammed Ben Zayed Al-Nahyan (MBZ), 56 ans, Ministre de la Défense des EAU et prince héritier d’Abu Dhabi, dont le leadership ne cesse de s’étendre au-delà des frontières de l’État. L’ambition du pays, déclinée dans le tournant des années 2000, est de se hisser au rang d’acteur politique et économique de premier plan sur la scène internationale ; et il est en train de réussir son pari, comme en attestent ses relations privilégiées avec l’Occident (Europe et États-Unis), mais aussi l’Afrique. Lors de sa première visite dans le pays, fin 2017, le Président français Emmanuel Macron a d’ailleurs qualifié l’émirat de « partenaire d’exception », un statut que le dynamisme du chef de la diplomatie émiratie, Abdallah Ben Zayed Al-Nahyan, frère de MBZ, ne cesse de conforter et qui place désormais les EAU au cœur des enjeux internationaux.

Relations multiformes

L’un des axes stratégiques de la diplomatie émiratie concerne le continent africain, avec lequel Abu Dhabi entretient, sans tambours ni trompettes, des relations de longue date. Force est d’ailleurs de constater qu’elles ont ces dernières années connu un nouveau souffle, dans tous les secteurs. D’abord au plan politique, avec une plus grande présence de l’émirat sur le continent. Après l’ouverture d’une représentation diplomatique à Ndjamena en 2017, c’est au tour de Kinshasa d’accueillir ces prochains mois une ambassade émiratie. Le mouvement devrait s’accélérer dans les années à venir, ce qui contribuera à renforcer la présence de l’émirat en Afrique subsaharienne, une région où Abu Dhabi a toujours été présent.
Qu’il s’agisse de la contribution au développement par des dons, appuis budgétaires ou financements, Abu Dhabi a su au fil du temps démontrer qu’il est un partenaire sur lequel le continent peut compter pour relever ses défis. L’un des derniers faits d’armes de l’émirat est la promptitude avec laquelle il a répondu présent à la sollicitation des pays membres du G7 Sahel pour le financement de leur force militaire conjointe. Les EAU se sont engagés à contribuer dans un premier temps à hauteur de 30 millions d’euros, un appui qui s’ajoute aux efforts déjà consentis récemment pour aider au financement de programmes de développement de plusieurs pays de la sous-région. C’est le cas au Tchad, au Niger et au Burkina, pour ne citer que ceux-là.
Ces dernières années, les EAU se sont particulièrement illustrés par le dynamisme de leurs relations économiques avec l’Afrique, surtout pour ce qui concerne les investissements et les échanges commerciaux.

DP World, Emirates, Etisalat…

Conscients des opportunités de croissance qu’offre l’Afrique, les investisseurs et hommes d’affaires émiratis ont fait le pari de ce continent. C’est ce qu’illustre l’expansion récente des grandes entreprises émiraties en Afrique. C’est le cas de DP World, filiale de l’entreprise publique Dubai World. Le 3e exploitant portuaire au monde est présent en Algérie, à Djibouti, en Égypte, au Mozambique, au Somaliland et au Sénégal. Dans ce dernier pays, le groupe a par exemple investi 125 milliards de francs CFA entre 2008 et 2017 pour développer des projets, et notamment faire du port de Dakar un hub portuaire de la sous-région.
C’est le cas aussi de la compagnie aérienne Emirates Airlines, qui assure actuellement plus de 370 vols par semaine entre Dubaï et 27 destinations d’Afrique, auxquelles s’ajoutent cinq destinations de fret sur le continent. C’est d’ailleurs au travers de son solide réseau mondial qu’Emirates a mis en place de nouveaux canaux de flux de trafic entre l’Afrique et l’Extrême-Orient, en particulier la Chine, à partir de son hub de Dubaï.
Dans le domaine des télécoms, il convient de noter la saga de l’opérateur émirati Etisalat, présent dans une dizaine de pays avec sa filiale Maroc Telecom, ainsi qu’en Égypte et en Tanzanie. En 2017, Etisalat, qui fait partie des leaders mondiaux du secteur, revendique plus de 55 millions d’abonnés sur le continent.

Secteurs variés

Les entreprises émiraties investissent de plus en plus dans de nouveaux secteurs porteurs, comme la santé, l’éducation et surtout les énergies renouvelables. Des financements qui viennent s’ajouter à ceux déjà engagés par d’autres groupes émiratis ces dernières années. En 2014, l’Investment Corporation of Dubai (ICD) a signé un accord de 300 millions de dollars avec Dangote Cement en Afrique de l’Ouest, et est entré dans le capital de Kerzner International, présent entre autres au Maroc et en Afrique australe. La même année, la chaîne hôtelière Jumeirah, basée à Dubaï, a étendu ses activités à l’Afrique du Nord.

Retrouvez cet article en intégralité dans CAPECO Africa N° 13