Feuilles de route

Parc d’attraction d’Abidjan, un projet hors norme

La première pierre du chantier de la construction du plus grand parc d’attraction d’Afrique de l’Ouest a été posée le 3 juillet dernier à Abidjan. Ce parc est une nouveauté sur le continent, et entièrement pris en charge par des acteurs ivoiriens.

Par Clarisse Laffarguette - © Shutterstock - PAPER CAT

Les travaux pour l’édification du plus grand parc d’attraction de l’Afrique de l’Ouest ont débuté cet été. L’inauguration du chantier s’est déroulée en présence de Zurab Pololikashvili, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), venu pour l’occasion, en soutien au Ministre du Tourisme ivoirien qui présentait le projet.

Un parc unique en son genre

C’est le dernier projet innovant en date de la Côte d’Ivoire qui se concrétise. Annoncé à tort comme le nouveau parc d’attraction de la marque Disneyland en Afrique, ce centre va concentrer une zone de loisirs et un complexe hôtelier et de restauration d’un genre inédit. Baptisé Akwaba-Parc, il sera construit au sud d’Abidjan, dans la région de Port-Bouët. Ce projet fait partie de l’ensemble « Sublime Côte d’Ivoire » porté par le gouvernement et incarné par le Ministre du Tourisme Siandou Fofana.
La particularité du projet, c’est son financement. Le montant initial de 80 milliards de francs CFA (plus de 122 millions d’euros) a été entièrement pris en charge par des acteurs locaux, banques et investisseurs ivoiriens. L’absence de recours à des capitaux étrangers est une fierté pour le gouvernement d’Alassane Ouattara, appuyé par l’expertise internationale des représentants de l’OMT. C’est une première pour un projet de cette ampleur dans le secteur des loisirs.

Les loisirs ont la cote

Preuve de l’engouement des Ivoiriens pour les parcs d’attraction, le développement du tourisme va de pair avec la montée des classes moyennes dans le pays. Les centres dédiés aux loisirs ont la cote, et c’est l’augmentation de la part des activités de ce secteur dans l’économie qui a permis l’émergence d’un tel projet.
Le gouvernement cherche à stabiliser toujours plus l’alimentation en énergie afin d’assurer la sécurité du futur parc. L’approvisionnement en eau est aussi un enjeu clé pour faire vivre le complexe hôtelier qui va border le futur centre. La Côte d’Ivoire a encore des efforts à fournir dans ce domaine car, selon le Ministre des Infrastructures économiques Amédé Koffi Kouakou, le taux d’accès actuel à l’eau potable y est seulement de 69 %. C’est pourquoi en janvier dernier, il avait annoncé des investissements à hauteur de 270 milliards de francs CFA afin de résoudre les difficultés d’approvisionnement, efforts qui devraient profiter à des projets dans les 31 régions du pays.