A la une

Cameroun. Lions indomptables et jeunes soldats, tous unis pour la patrie

Sur les terrains de football comme sur le champ de bataille contre Boko Haram, la jeunesse camerounaise accumule les victoires. La clé du succès : tout miser sur le patriotisme.

Par Adamou Petouonchi - © DR

Coup de tonnerre ! Donnés pour outsiders, les Lions indomptables du Cameroun ont remporté le 5 février 2017, devant l’Égypte, la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football sur le score de 2 à 1. Leur victoire a plongé le peuple camerounais dans une liesse et une effervescence totales. Du coup, l’équipe nationale masculine a renoué avec son public. Un bain de foule qui rappelle les exploits au Mondial 1990 avec Milla, Abega, Omam-Biyik, et la belle époque des années 2000 et 2002 avec Eto’o, Foé, M’Boma, Song. Fin d’un trou noir de 15 ans durant lesquels l’équipe n’a guère brillé.
Dans la même période, l’équipe féminine montait en gamme et était élue en 2015 « Meilleure équipe africaine ». Et en novembre 2016, elle se hissait en finale de la CAN féminine contre le Nigéria. Sa performance fut saluée jusqu’au plus haut sommet de l’État. Le couple présidentiel ouvrit aux sportives les portes du palais d’Etoundi. À cette occasion, les Camerounais découvrirent les relations très conviviales entre l’équipe sélectionnée par Enow Ngachu et le couple présidentiel. Pour la première fois, le Chef de l’État et son épouse se sont livrés à la mode des selfies avec les jeunes, et ces images ont fait le tour des réseaux sociaux et des médias. Au-delà des qualités athlétiques des joueuses, le Président de la République et les Camerounais ont surtout salué leur esprit collectif et patriotique.
Lors de la CAN 2017 au Gabon, on donnait peu cher de la peau des Lions, surtout avec les défections de certains cadres. Mais ils montèrent en régime et éliminèrent les équipes les plus aguerries, avant de battre l’Égypte, septuple vainqueur du tournoi continental. De retour au pays, ils furent à leur tour reçus à Etoundi par le couple présidentiel. L’occasion pour le Chef de la nation de louer l’esprit patriotique qui les a poussés à la victoire finale : « Ce parcours exceptionnel, ces belles victoires, vous n’avez pu les obtenir que parce que vous êtes restés unis, soudés, solidaires, courageux, généreux et déterminés ! Vous êtes un bloc, solide comme un roc. Vous avez du talent. Vous aimez votre pays et êtes prêts à vous sacrifier pour lui. C’est ce qui a fait la différence. »


Une jeunesse qui gagne sur tous les fronts

En encensant ainsi le parcours, le talent, le courage, la fibre patriotique des Lionnes et Lions indomptables, pendant les CAN féminine et masculine, ainsi que leur capacité à s’unir et être solidairement engagés pour défendre le drapeau national, le Chef de l’État a également rendu un vibrant hommage à celles et ceux qui défendent vaillamment les couleurs nationales au front contre la secte terroriste Boko Haram : « Comme nos vaillants soldats, qui chaque jour à nos frontières sont prêts au sacrifice suprême pour défendre la patrie, vous n’avez pas hésité à répondre à l’appel du drapeau ! Comme eux, vous êtes un bel exemple, une belle inspiration pour notre peuple, et tout particulièrement pour notre jeunesse. »
On ne compte en effet plus le nombre de défaites essuyées par Boko Haram face à l’offensive de l’armée camerounaise, qui a réduit significativement les capacités de nuisance de la secte. Beaucoup de jeunes hommes s’engagent dans la guerre, comme soldats ou officiers. Ils abandonnent leur famille, risquent de devenir invalides ou de tomber sur le champ de bataille. Au front, l’armée a su transformer sa jeunesse en un atout, et aujourd’hui, la maturité de cette institution est unanimement saluée. Par exemple, un vibrant hommage lui a été rendu à la tribune de l’ONU, où le Conseil de sécurité a félicité l’engagement exemplaire du Cameroun contre les mouvements obscurantistes.


Le patriotisme comme leitmotiv

Le 2 février dernier, la nation camerounaise a rendu hommage aux quatre officiers tombés au front dans un crash d’hélicoptère dans la soirée du 22 janvier : « Le patriotisme est une vertu que certains pourraient trouver passéiste, mais ce serait à tort. Aujourd’hui encore, il demeure, pour la nation, la marque d’une citoyenneté responsable et dignement assumée. Il est bon, quel que soit votre rôle dans la société, de savoir faire preuve de patriotisme, pour mériter de la nation. » La portée de ces paroles du Président Paul Biya tient à ce qu’elles visent à promouvoir la fierté de la défense des intérêts de la nation. L’émergence du Cameroun passe par l’implication des nouvelles générations et la mise en valeur de leurs capacités d’innovation et d’entrepreneuriat. Il faut, comme le dit le Président, « que chacun accomplisse sa tâche avec amour de la patrie. Alors seulement nous serons une force de progrès pour notre pays ».

Retrouvez cet article en intégralité dans CAPECO Africa N° 9